Genèse du projet

Le Centre Pompidou s’inscrit au cœur de la politique urbanistique du deuxième Président de la République : Georges Pompidou, dont l’objectif est de transformer la ville dans une direction moderne mais aussi, de la doter d’équipements culturels accessibles à tous.

Dès 1969, ce Président, amateur d’art, exprime son désir que Paris possède un centre culturel dédié à l’art contemporain, auquel serait associée une « bibliothèque de lecture publique », envisagée déjà depuis plusieurs années. L’emplacement choisi pour cet édifice, consacré aux arts figuratifs, à la musique, au cinéma, à la lecture est le plateau Beaubourg, situé entre les rues Saint-Martin et Beaubourg, en plein centre-ville, à quelques centaines de mètres de Notre-Dame (cf. plan). Devenu terrain vague dans les années 30 suite à des destructions d’habitations (cf image 1), le plateau avait été investi par un parking sauvage (cf. image 2). Le projet de centre culturel s’inscrit donc dans une démarche globale de réhabilitation du quartier.

Plan: Localisation du plateau Beaubourg (carré noir) et de Notre Dame de Paris (point rouge)

Ce souhait de rendre la culture accessible au plus grand nombre se concrétise avec la création d’une mission d’étude, suivie de l’organisation d’un concours international d’architecture. Le cahier des charges est précis: il s’agit de créer un bâtiment qui devra répondre aux exigences de pluridisciplinarité, de libre circulation et d’ouverture des espaces d’exposition. Parmi les 681 projets étudiés par le jury international présidé par Jean Prouvé (cf. album photo 6), le projet de deux jeunes architectes : Renzo Piano et Richard Rogers, alors âgés respectivement de 34 et 38 ans, est retenu en 1971.

A partir de 1972, les travaux débutent alors que le projet définitif n’est accepté qu’en 1973 par le Président Georges Pompidou. Après cinq années de travaux (cf. images 3, 4, 5), la construction est achevée dans les délais, malgré de nombreuses difficultés. En effet, en 1974, le Président Georges Pompidou meurt et son successeur Valéry Giscard d’Estaing est tenté d’interrompre la construction, volonté qui ne se concrétise pas grâce à l’intervention de Jacques Chirac, alors Premier Ministre. En outre, les deux architectes ont dû faire face aux nombreuses polémiques et critiques suscitées par le centre. Six plaintes tentèrent de bloquer le chantier, qualifiant l’édifice de « raffinerie », de « monstre » ou encore de « paquebot ».

Malgré tout, le bâtiment est inauguré en 1977 par le Président de la République Valéry Giscard d’Estaing et le succès ne se fait pas attendre. Durant les premières semaines qui succèdent à son ouverture, près de 35 000 personnes par jour viennent découvrir ce lieu. Par la suite, ce sont près de sept millions de visiteurs par an que cette institution accueille, devenant ainsi le monument le plus fréquenté de Paris.

1.Vue d'une ruelle de l'îlot insalubre n°1 avant les démolitions des années 1930

2. Vue du parc de stationnement implanté sur le plateau Beaubourg dans les années 60

3.Travaux de terrassement du plateau Beaubourg à partir de mai 1972

4. Mise en place des fondations à partir de septembre 1972

5. Mise en place de l'ossature du Centre Pompidou. Vue du côté sud, rue Saint Merri

6. Projets architecturaux non retenus par le jury du concours
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s