Archives de Tag: réactions

Les réactions de l’époque face à la construction du Centre Pompidou

Avec la naissance du Centre National d’Art et de Culture en 1977, les critiques n’ont guère manqué comme l’atteste l’article de René Barjavel « Centre Beaubourg : Dieu que c’est laid » paru dans le Journal du dimanche du 30 janvier 1977. Bien que René Barjavel affirme qu’il ne souhaite pas prendre de parti prit sur le Centre Pompidou dans son article, le ton ironique employé ainsi que les comparaisons peu avantageuses dressent une critique acerbe du Centre. Pour tenter de faire partager ses observations face à ce « musée des tuyaux » comme il le qualifie lui même, René Barjavel développe ses impressions de manière quasi scientifique. Au choc de la première confrontation, succède une interrogation : « Qu’est ce que c’est ? ». Dès lors René Barjavel utilise toute une palette de comparaisons pour essayer de définir ce bâtiment : « Est-ce un morceau de France, qu’on a écorché comme une langouste et qui a perdu ici la salle de ses machines ? Est-ce une raffinerie destinée à récupérer les boues de la Seine pour en faire de l’essence ? Est-ce une niveleuse qui va se mettre  en marche et percer des autoroutes  à travers les quartiers ?  Est-ce une presse géante à moulinettes ? Est-ce un silo à betteraves-distillerie-sucrerie, un moule à pétroliers, un aspirateur des fumées de Paris, une centrale fonctionnant à l’eau de pluie ?… » Cette ignorance feinte, comme il le dévoile lui même avec la phrase « Bien entendu, on sait de quoi il s’agit, mais on cherche des analogies … » ne sert qu’à alimenter sa critique à l’égard du Centre. En provoquant le rire, il décrédibilise le projet en allant même jusqu’à écrire : « Je suis donc revenu plusieurs fois à Beaubourg, toujours avec la même innocence, j’ai vu la carcasse changer de couleur, je me suis étonné, comme tout le monde, de ne pas voir partir « les échafaudages » avant d’apprendre qu’ils faisaient partie du monument lui même… ». Son raisonnement quasi scientifique (observation, interrogation), le conduit à la conclusion suivante « Dieu que c’est laid… ».

Photographie de personnes observant  le Centre Pompidou lors de l’inauguration le 31 janvier 1977

Afin de justifier sa critique, il développe dans la suite de l’article une série d’arguments. Il critique notamment la décision des architectes de mettre ce qui prend d’habitude de la place à l’intérieur, à l’extérieur afin de gagner de l’espace. René Barjavel utilise dès lors une métaphore pour exprimer la laideur,  conséquence, pour lui, de cette décision : « Prenez une jolie femme et mettez lui, par imagination, les tripes en dehors de la peau… Vous voyez ce que ça pourra donner. Vous savez maintenant pourquoi, physiologiquement  et  inévitablement, Beaubourg est laid. » .

En outre il critique l’architecture du Centre en la qualifiant de « périmée». En effet, pour René Barjavel, l’utilisation de la ligne droite renvoie à une architecture dépassée qui ne prend pas en compte les nouvelles possibilités offertes par des matériaux  tel que le béton qui permet de construire l’espace en courbes. Mais René Barjavel ne se contente pas uniquement de critiquer l’esthétique du Centre, il désapprouve également les choix d’acquisitions du Centre Pompidou qui pour lui se contentent de valeurs sûres plutôt que de donner une chance aux artistes de la nouvelle génération : «  Il y a sans doute aujourd’hui un nouveau Van Gogh, un nouveau Modigliani, qui sont en train de crever de faim quelque part. Ils ne leur permettront jamais de réussir. Ils sont les nouveaux « académiques » bien plus intransigeants, féroces et prospères que ceux de la fin du XIème siècle. Le Musée Pompidou prétend être un piédestal ; ce n’est que la caserne des pompiers. ».

Aux critiques développées par René Barjavel s’ajoutent d’autres attaques sur l’esthétique du Centre. Gérard Vincent cite notamment dans son article  « Beaubourg : an VII » (Vingtième siècle, Revue d’histoire 6, 1985, p.53-65), un passage d’une critique acerbe de Jean Paris, publiée dans une « Libre opinion » du journal Le Monde, le 21 janvier 1977 et intitulée « Abolir le monstre » : « L’anthologie même de la laideur ! Une carcasse métallique aussi pesante et clinquante que l’esthétique d’un parvenu, un horrible agencement de poutrelles dans tous les sens et de triangles tubulaires de tous calibres, que les bonnes gens prenaient pour des échafaudages… Il fut un temps où les Parisiens avaient assez de fouge pour prendre d’assaut la Bastille et la démanteler. Qui prendra aujourd’hui l’initiative de réclamer l’abolition du monstre et sa métamorphose en jardin ? ».

Photographie de personnes attendant devant le Centre Pompidou lors de l’inauguration le 31 janvier 1977.

Toutefois les jugement portés sur le Centre Pompidou ne furent pas uniquement négatifs comme en témoigne cette citation de Jean Baudrillard issue du livre L’effet Beaubourg (Jean Baudrillard, L’effet Beaubourg, Paris, Galilée, 1977, p.18) : « L’architecture  extérieure, avec ses réseaux de tuyaux et son air de bâtiment de l’expo ou de la foire universelle, avec sa fragilité (calculée ?) dissuasive de toute mentalité ou monumentalité traditionnelle, proclame ouvertement que notre temps ne sera plus jamais celui de la durée, que notre seule temporalité est celle du cycle accéléré et du recyclage, celle du circuit et du transport des fluides… Ceci, Beaubourg veut le cacher mais Beaubourg Carcasse le proclame.».

Ces conflits d’intérêts sont l’enjeu d’une lutte entre des groupes dotés d’intérêts matériels et symboliques, comme le démontre Louis Pinto dans l’article « Déconstruire Beaubourg : art politique et architecture » (Genèses 6 (1991), p.98-124). Selon l’auteur, l’opposition entre deux images principales dominent les discours sur le Centre : l’image de l’usine et celle du temple. L’image de l’usine qui accentue les attributs de la modernité la fonctionnalité, la technicité tandis que celle du temple met en avant les attributs de la contemplation, de piété, de gratuité et de sacralité. Assimilé à une usine, le Centre Pompidou peut choquer et scandaliser ou au contraire être considéré comme un temple et enchanter.

Alors que René Barjavel conclut son article par la question, à propos du Centre : « comment s’en débarrasser ? », on peut voir qu’aujourd’hui Beaubourg s’est intégré dans le paysage parisien, comme l’illustre cette citation de Gérard Vincent issue de l’article « Beaubourg : an VII » (Vingtième siècle, Revue d’histoire 6, 1985, p.53-65) : «Reste Beaubourg, célébré, contesté, le plus original des édifices bâtis en France depuis la Libération, la cible préférée, avec la Tour Eiffel et le Louvre, des visiteurs étrangers. Le « machin » ou « la machine » (selon l’opinion qu’on en) conteste implicitement l’architecture frileuse qui a submergé la France depuis 1945. Aujourd’hui, plus personne ne veut détruire Beaubourg. ».